Au cours des prochaines semaines, on va courir. Marcher aussi, cogner aux portes, serrer des mains, jaser. On va jouer à la politique. 

On va participer à des débats, des conférences de presse, des soupers de l’âge d’or. Les candidats des élections fédérales sont en cabale. Et ils doivent garder la forme pour arriver au fil d’arrivée.

Ils devront le faire la tête haute, l’esprit toujours occupé par les plateformes élaborées par leurs partis. Ce n’est pas un sport facile la politique. Et certains s’apprêtent à l’apprendre à la dure. Nous souhaitons bonne chance à ces gens qui désirent s’engager pour défendre les droits de leurs concitoyens.

Ces gens veulent un monde meilleur, ils veulent écouter ce que vous avez à dire. Agir comme courroie de transmission et parfois comme vecteur de changement dans un monde de plus en plus cynique.

Donnons un coup de main

Tout ça pour dire que s’ils désirent être actifs pour les prochaines semaines, en vue du 21 octobre, et pour les quatre prochaines années pour certains d’entre eux, ils le font pour leur bien et celui des électeurs que nous sommes.

Encourageons ces politiciens. Qu’importe le parti. S’ils ont de bons arguments pourquoi aller les invectiver sur la place publique. La politique a pris une drôle de tangente dans les dernières années. On se préoccupe peu des consensus. On tombe à bras raccourcis sur celui qui ne pense pas comme nous.

La politique devrait être un sport d’équipe. Un sport de collaboration. Un travail main dans la main pour offrir le meilleur aux Canadiens, aux Québécois, aux citoyens de ce monde, que nous sommes.

Bravo à ces gens qui vont chausser leurs souliers pour ce marathon électoral. Vous avez du cran. Vous êtes d’une certaine manière des sportifs de haut niveau qui devrez effectuer des acrobaties devant les micros des médias, des pirouettes devant les questions des citoyens et du patinage en rond. Mais ça, pas trop souvent, les électeurs sont peu patients.

Bonne chance à chacun. L’important c’est de bouger et surtout d’inciter les gens à se lever et à exercer leur droit de vote.